Archives de Tag: suspense

La faiseuse d’anges

Par défaut

images

J’ai décidé de lire le roman de Camilla Läckberg, un auteur suédois à succès née en 1974. C’est un ouvrage qui prend place dans la série de romans policiers mettant en scène le personnage d’Erica Falck, une femme écrivain se trouvant mêlée à des affaires policières, des crimes. Roman très intéressant, on met cependant très longtemps à faire le lien entre tous les personnages de l’histoire passée et présente. Cette multitude de personnages déconcerte et intrigue à la fois le lecteur qui se doute qu’il existe un lien entre eux. En effet, en italique figure l’histoire de Helga Svensson, infanticide, faiseuse d’anges et de sa fille Dagmar en 1908. L’auteur raconte aussi par bribes, ce qui s’est passé à Pâques 1974, sur l’île de Valö, aux abords de Fjällbacka quand une famille entière disparaît sans laisser de trace. Seule la petite Ebba, âgée d’un an, erre en pleurs dans la maison abandonnée . Trente plus tard, Ebba revient sur l’île et s’installe dans la maison familiale avec son mari Melker. C’est un couple, accablé par la mort de leur fils et qui essaie de reconstruire leur vie et la …maison. Cependant, ils sont victimes d’une tentative d’incendie et découvrent du sang coagulé sous les lames du plancher. Quant à Erica, elle s’est toujours intéressée à l’affaire de la mystérieuse disparition, elle s’empresse d’aller voir Ebba pour approfondir sa réflexion et mieux comprendre cette énigme. Elle se retrouvera dans des situations dangereuses, elle aussi, devant faire face à l’ennemi et à son mari Patrik, policier et chargé de l’affaire. Mêlant affaires familiales, héritages, spéculations financières, complots politiques, influence médiatique, cette histoire offre l’image d’une Suède pas si calme que ça derrière les îles et les paysages magnifiques. Il y aura bien sûr un lien entre toutes ces histoires comme si on n’enterrait jamais son passé totalement.

En parallèle et par un pur hasard, j’ai regardé sur Arte une série Meurtres à Sandhamn(saison 1 et 2) qui est bâtie sur le même schéma. C’est à dire, que là aussi, les cadavres se ramassent à la pelleteuse sur cette charmante île. Cette série est inspirée d’ouvrages d’un autre auteur suédois féminin Viveca Sten La Reine de la Baltique et présente les mêmes ingrédients que les romans de Camilla Läckberg: trahisons conjugales, haines et secrets de familles, magouilles financières. Ces intrigues mettent en lumière l’ hypocrisie d’une société respectable en façade, le jeu des notables prêts à tout pour préserver leur réputation. Les ressorts psychologiques laissent quelques histoires d’amour voir le jour comme la romance entre Nora (Alexandra Rapaport) et Thomas (Jakob Cedergren, véritable idole en Suède paraît-il) dans la série, Anna et Melker dans le roman de Läckberg. Les trames narratives policières sont à la fois distrayantes et naïves, les héroïnes (Nora ou Erica) tombant toujours sur des indices cruciaux au bon moment. Les îles suédoises sont télégéniques , même dans le roman, et s’avèrent être les  personnages les plus séduisants de ces fictions. Fictions efficaces et très populaires en Suède.
ClickHandler

 

Le Sang des promesses, tétralogie

Par défaut

Wajdi-Mouawad--LittoralLittoral-film-c3

Cela fait 6, 7 ans que j’ai découvert Wajdi Mouawad et son écriture théâtrale puissante et depuis, je suis une inconditionnelle de son théâtre et de ses mises en scène Habitant Toulouse pour l’instant, il est un familier de la librairie Ombres Blanches et du TNT. Dès qu’il a été possible, je suis allée le voir jouer, au TNT en 2009, la trilogie du Sang des Promesses a été donné. Né au Liban, Wajdi Mouawad a vécu à Paris puis longtemps à Montréal avant de revenir en France. Littoral est le premier volet de sa tétralogie, cycle de théâtre tragique  et épique, il a un véritable souffle. Il montre dans ces 4 histoires la douleur qui s’inscrit de plein fouet dans notre siècle. Le site de Wajdi Mouawad vous donnera toutes les photos de ses différentes mises en scène. http://www.wajdimouawad.fr/

Littoral (Le sang des promesses 1). En apprenant la mort de son père inconnu, l’orphelin Wilfrid décide de lui offrir une sépulture dans son pays natal. Mais ce coin du monde est dévasté par les horreurs de la guerre, ses cimetières sont pleins, et les proches de cet homme rejettent sa dépouille, A travers les rencontres douloureuses qu’il fera à cette occasion, Wilfrid entreprend de retrouver le fondement même de son existence et de son identité. Je n’ai pas vu le film tiré de la pièce.

incendies-wajdi-moua-100-incendies1

Incendies (Le Sang des promesses 2) . Formidable suspense, suspense tragique … Je vous laisse lire la pièce et/ou voir le film, on n’en ressort pas indemne. Québec 2003. Nawal vient de mourir. Depuis cinq ans, elle avait cessé de parler. Elle laisse à ses enfants, les jumeaux Jeanne et Simon un testament en forme de mission : remettre une lettre à un père qu’ils croyaient mort, une autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. La quête de leurs origines et le besoin de comprendre leur histoire singulière les mèneront jusqu’au Liban, pays de leur mère, territoire en guerre qu’elle arpenta jadis, elle-même en quête de réponses. Pour chacun des protagonistes viendra toujours le moment d’un embrasement de tout l’être au contact de la vérité. (Le texte d’Incendies est composé de plusieurs parties, chacune nommée « Incendie de.. », chaque personnage ayant son propre incendie) .

9782760929982ciels-de-wajdi-mouawad

Forêts (le sang des promesses 3) : La pièce Forêts raconte l’histoire de Loup, une jeune fille révoltée et en manque d’amour qui amorce une quête afin de mieux comprendre ses origines et ses ancêtres. Elle est poussée dans cette aventure par Douglas, un paléontologue, qui, suite à une promesse faite à son père, décide de résoudre l’énigme qui entoure la découverte d’un crâne. Celui-ci provient d’une femme ayant vécue durant la Deuxième Guerre mondiale et dont le passé semble mystérieux. Afin de respecter son engagement, il aura besoin de Loup : en effet, sa mère détient peut-être la clé de l’énigme dans son cerveau. Les recherches de Loup la mèneront sur les traces de huit femmes dont les destins tragiques se sont succédé en une chaîne de promesses rompues. À travers ce voyage, Loup découvrira qui elle est et la personne qu’elle souhaite devenir. Forêts traite avec brio de thèmes sensibles comme la violence, la guerre, l’abandon et les secrets de famille, mais aussi la vérité, la tolérance, la réconciliation et la filliation.

Ciels (Le Sang des promesses 4) : Isolée dans un lieu secret, l’équipe internationale de l’opération Socrate scrute le ciel et cherche à décrypter les messages invisibles que des terroristes y envoient. Quand l’un de ses membres se donne la mort pour des raisons obscures, ce ciel de toutes les voix et de toutes les nations s’obscurcit davantage : se pourrait-il que la beauté du monde enfante elle-même les démons de sa destruction, que L’Annonciation du Tintoret serve de motif à une tapisserie de l’horreur ?Dans une géographie du sang d’une épouvante totale, un audacieux art poétique de la violence prend forme sous nos yeux, où se coagulent les mensonges des dieux et les maux des fils d’aujourd’hui.  Un très bon dossier sur cette pièce est disponible à l’adresse suivante http://educ.theatre-contemporain.net/pieces/Ciels/spectacles/Ciels/

Enlèvement avec rançon

Par défaut

yvesravey

Yves Ravey écrit à nouveau un thriller. Max et Jerry ne se sont pas revus depuis que Jerry a quitté la maison familiale pour l’Afgahanistan. Max, son frère, est resté comptable dans une entreprise d’emboutissage. Et si Jerry revient, un soir, pour quelques heures, c’est que comme Max, il poursuit un objectif qui devrait lui faire gagner beaucoup d’argent : enlever la fille du patron. Il y du suspense, de l’amour entre les lignes qu’on ne dit pas à haute voix, de la rancune qui ne s’avoue pas, de la jalousie qui fait honte, de la violence qui ne vous appartient pas. A rapprocher de Insoupçonnable de Tanguy Viel, également aux Editions de Minuit, histoire de kidnapping.

Cutter

Par défaut

21754395_4443488

 

Déçue par les contacts épistolaires avec l’auteur Yves Ravey (qui m’a semblé très imbu de sa personne), je sépare l’oeuvre et son auteur. Ses romans sont extrêmement originaux, ressemblent à des policiers mais sont aussi des exercices de style tout à fait jubilatoires.

L’institut de surveillance avait placé Lucky et Lili au service des Kaltenmuller. Lili était chargée du ménage, lucky des fleurs sous l’autorité de leur oncle Pithiviers qui leur avait ordonné de taire tout ce qu’ils voyaient. Mais c’était sans compter sur l’amour de Lucky pour sa soeur, ni sur les multiples usages du cutter. On reste, nous lecteurs, dans le flou car tout est vu du point de vue de Lucky qui, donc, ne voit pas tout: il  fait des phrases courtes, ne connaît que le discours indirect parce qu’on ne lui donne pas la parole, il y a une absence de jugement moral. Le réel dans son horreur est montré de manière naïve et avec grâce.