Archives de Tag: France

Le dépaysement

Par défaut

9782020974936    Le sujet de ce livre est la France. Il l’a écrit à partir d’incursions faites en divers lieux du territoire,choisis pour être emblématiques d’un certain aspect national interne, soit au contraire parce qu’ils étaient sur des bords. C’est quoi, le « tellement français » ?
D’où l’idée de ce roman virtuel et du choix des lieux comme autant de chapitres et de réflexions historiques, sociales,politiques,esthétiques. Mais quels lieux choisir ? La liste des lieux a été sans cesse raturée, des lieux biffés ou rajoutés. Pour ce qui est du genre,ce livre est un livre composite, comportant différentes vitesses d’écriture, tenant par certains cotés de l’essai et par d’autres du journal de bord, du récit, du poème en prose. L’auteur travaille sur le verbal , le mot et non sur la photographie ou enregistreur numérique. L’enjeu n’est plus le réalisme mais l’impression juste de la chose rencontrée. L’Histoire tient une grande place dans ces récits comme si en observant le présent, on parvenait à remonter l’espace-temps .
Ce qui intéresse aussi Jean-Christophe Bailly c’est comment on a modifié le paysage par l’urbanisation donc par la migration vers des zones de travail devenues parfois zones de logement.
Quand il va un dimanche dans la grande banlieue parisienne, il s’aperçoit de la forte communauté portugaise à Gentilly, jouxtant des hangars où prient des musulmans vers l’avenue Lénine, puis c’est Montrouge le 92, un autre monde, incomparablement plus riche. D’autres visites aux alentours de Paris lui font écrire dans son livre sur la France :

 » Je ne suis ni à Paris, ni en Hollande, ni en Chine mais dans un voyage qui ne peut se poser en aucun de ces points… Une rêverie, une scène de roman, une photographie peut-être, mais que nul n’a prise et que les mots ne peuvent pas prendre, ce n’est pas leur genre, mais je me souviens: le livre que j’écris a pour sujet la France, ma vision de la France c’est cette impression que ce qui rend un pays vivable, quel qu’il soit, c’est la possibilité qu’il laisse à la pensée de le quitter. L’identité définie comme le modèle d’une infinité de départs possibles- peut-être serait-ce cela le socle le plus résistant de la provenance ? »

Il aime à retrouver les traces de ces migrations dans l’observation des paysages périphériques, il remonte le cours de l’histoire en partant du présent , il reconstruit le passé. Ces textes pourraient tout à fait se rapprocher un ouvrage d’art emprunté à la Médiathèque d’Albi « Paysage cosa mentale »de Christine Ollier qui montre des photos de paysages, ouvrage préfacé par Jean-Christophe Bailly. Très belles photographies de Lewis Baltz notamment:

.LewisBaltz4     Le-photographe-Lewis-Baltz30

Les textes de Jean-Christophe Bailly sont  comme autant de tentatives de portrait du paysage français, comment le paysage est un documentaire, comment le paysage peut être critique dans sa dimension socio-économique, social dans sa réflexion environnementale. Mais les textes de Bailly dans « Le dépaysement » offrent une esthétique de l’écriture aussi où affleure le sentiment , une écriture qui met en scène le paysage ,qui structure le regard et le dévoilement du paysage. Ces voyages en train expliquent certes le rythme du récit mais ils sont aussi pour l’auteur un prétexte à la fiction ou à l’arrêt sur image.

Publicités