Archives de Tag: consommation

Regarde les lumières mon amour

Par défaut

1712389507  Exceptionnel ce livre d’Annie Ernaux publié en Mars 2014.Pendant un an, l’auteur a arpenté l’hypermarché Auchan du centre commercial des Trois-Fontaines situé en région parisienne et elle a tenu son journal de bord. Elle met ce lieu , qu’on dirait utilitaire pour chacun ou un passage obligé pour d’autres, à hauteur de sujet littéraire. C’est à dire qu’il n’est plus lieu de la corvée hebdomadaire des courses, mais lieu de rencontre, d’observations.
Annie Ernaux réside depuis douze ans à Cergy-Pontoise et elle avait l’habitude de côtoyer ces lieux qu’elle a apprivoisés. Elle parle de cet hypermarché  en n’en faisant pas un non-lieu comme le diraient certains. Ce sont d’abord ses dimensions qui impressionnent: un hypermarché à étages avec des escalators et des rayons lumineux. Elle trouve à ce lieu des qualités poétiques , d’où le titre emprunté à une femme qui disait cette phrase à sa petite fille dans le caddie devant les lumières de Noël. Pour l’écrivain qu’elle est , c’est un lieu nourricier de paroles, elle y va pour s’immerger dans l’humain. C’est un lieu de carrefours culturels, devant les produits du monde, le monde entier est au supermarché, dit-elle. Elle célèbre l’hypermarché peut-être à la mesure de son attachement ou dégoût de l’épicerie-café familiale.C’est le meilleur espace biographique pour elle. Elle dit aussi l’extérieur du lieu où dominent les SDF et les Roms, c’est un lieu qui révèle l’exclusion aussi.A l’intérieur , c’est un lieu clos, le domaine de la société de consommation et du spectacle , tout est mis en rayon de manière spectaculaire , tout est mis en scène. C’est le lieu d’un ballet incessant, avec son côté artificiel , ses lumières contrastées, ses bruits , ses odeurs. C’est un lieu qui trace des déplacements obligatoires comme des cercles à franchir: l’entrée, les rayons, la caisse.C’est aussi un lieu du divertissement , on y va pour passer le temps, pour occuper son temps libre aussi.
Très belle collection que « Raconter la vie », collection Rosenvallon au seuil.