Archives de Catégorie: romans sud-américains

Cent ans de solitude

Par défaut

9782020238113Ecrivain colombien

 

Garcia Marquez, prix Nobel de Littérature en 1982 écrit cette épopée vaste et multiple, pleine de rêve et de réel. Histoire délirante d’une dynastie : la fondation par l’ancêtre d’un village sud-américain isolé du reste du monde. Un univers marqué par la magie, l’alchimie, la décadence, le déluge, la mort. On pourrait penser à Don Quichotte par sa démesure, son sens de la parodie, sa fête des mots. Un chef-d’oeuvre de la littérature mondiale.

Publicités

La Vie brève

Par défaut

la-vie-breve-juan-carlos-onetti-9782070702688Ecrivain urugayen

Juan Carlos Onetti raconte qu’enfermé dans un petit appartement étouffant de Buenos Aires, Juan Maria Brausen, modeste employé d’une agence de publicité, attend le retour de sa femme qui vient de subir une ablation du sein et il guette les faits et gestes de sa voisine La Querca, une prostituée. Braunsen ressent alors le besoin de laisser aller son imagination devant le constat de la médiocrité de sa vie quotidienne et de sa difficulté à communiquer avec les autres. Il s’invente un double, un médecin, un autre double, un souteneur. Son imagination l’amènera à commettre des actes irréparables et tragiques. L’intention d’Onetti est de montrer que la fiction peut tout inventer , elle est autonome , parfois s’affranchit-elle de la tutelle de l’écrivain. Le récit devient la rencontre de plusieurs possibles narratifs.

La ville et les chiens

Par défaut

9782070372713FSEcrivain péruvien

Mario Vargas Llosa raconte comment au collège Prado de Lima, au Pérou, les cadets ont fondé « le cercle », groupe secret de 4 garçons décidés à contrer la terrible discipline qui les écrase. Surnommés « les chiens », ces jeunes gens ont institué leurs propres règles. Brimades, vols, mensonges, voilà le monde sur lequel règne le plus fort d’entre eux, le jaguar. Devenus hommes, les chiens tenteront de situer les frontières entre le bien et le mal, l’honneur et la trahison, le courage et la lâcheté. Laissant le lecteur libre d’interpréter, ce livre peut être compris de 2 façons différentes, Vargas Llosa nous fait réfléchir à l’arbitraire de l’écriture, le lecteur fait l’oeuvre. Alors allez-y.

Marelle

Par défaut

MarelleEcrivain argentin

Julio Cortazar, contrairement à Borges, s’est impliqué dans ses ouvrages plutôt engagés. L’exercice de la littérature est pour lui un acte révolutionnaire par nature, un instrument de réforme et de rénovation: il faut transformer le langage si l’on veut transformer l’homme. Ce livre se présente comme une chronique d’une aventure spirituelle, comme une critique du monde des Lettres. Le héros Horacio est ballotté entre son histoire d’amour et son engagement. Peut-il y avoir conciliation entre histoire individuelle et engagement collectif ? Son écriture comporte des jeux sur le langage à la manière des surréalistes.

Fictions

Par défaut

9782070366149Ecrivain argentin

Quelle production !!! On peut penser que c’est un écrivain peu accessible mais la littérature est pour lui un absolu et écrire est , dit-il, sa seule raison d’exister. Dans Fictions, recueil de nouvelles, Borges explore les possibles littéraires, choisit le fantastique comme métaphore de la littérature qui n’est que fabulation, il refuse la notion de réalisme. Il veut également exprimer l’inintelligibilté du monde, c’est le lecteur qui va lui donner une intelligibilité. Borges ne veut pas rassurer le lecteur, il veut le faire réfléchir, ébranler ses convictions, il joue avec le lecteur car il mélange réel et fiction pour montrer que toute connaissance est révisable. En particulier lire les « Ruines circulaires », « le Sud ».

Pedro Paramo

Par défaut

pedro42845Ecrivain mexicain

C’est un cas à part dans la littérature puisque Juan Rulfo n’a écrit qu’un livre et un recueil de nouvelles . C’est un ouvrage universel qui sert souvent de référence à nos romanciers contemporains ( Pedro Paramo est cité dans Magnus de Sylvie Germain car le héros de chacun de ces romans part à la recherche de son père) . C’est l’histoire d’un petit tyran de la province mexicaine, reconstituée par bribes à travers les dires de tout un village de fantômes qui furent les victimes de sa domination. C’est à la fois un témoignage sur le Mexique de l’époque mais aussi un récit fantastique peuplé de revenants. A lire absolument !

La tante Julia et le scribouillard

Par défaut

scribouilllardEcrivain péruvien

 

Lancée dans ma découverte de la littérature Sud-américaine beaucoup plus fantaisiste et onirique que la nôtre, je vous présente un des premiers livres de Mario Vargas Llosa que j’ai lu.  Prix Nobel de littérature, c’est un écrivain reconnu. Roman en partie autobiographique : l’auteur a 18 ans et rêve de devenir écrivain. Il travaille dans une radio péruvienne comme chroniqueur et il croise le scribouillard Pedro Camacho (écrivain délirant de feuilletons radiophoniques à succès) qui finit par mélanger ses personnages et ses histoires. La structure du livre alterne les récits de la vie de Vargas Llosa et les épisodes du feuilleton. Il y a beaucoup de truculence bien rendue aussi par la personnalité exubérante de Tante Julia .