La tante Julia et le scribouillard

Par défaut

scribouilllardEcrivain péruvien

 

Lancée dans ma découverte de la littérature Sud-américaine beaucoup plus fantaisiste et onirique que la nôtre, je vous présente un des premiers livres de Mario Vargas Llosa que j’ai lu.  Prix Nobel de littérature, c’est un écrivain reconnu. Roman en partie autobiographique : l’auteur a 18 ans et rêve de devenir écrivain. Il travaille dans une radio péruvienne comme chroniqueur et il croise le scribouillard Pedro Camacho (écrivain délirant de feuilletons radiophoniques à succès) qui finit par mélanger ses personnages et ses histoires. La structure du livre alterne les récits de la vie de Vargas Llosa et les épisodes du feuilleton. Il y a beaucoup de truculence bien rendue aussi par la personnalité exubérante de Tante Julia .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s